Sauvegarde

Comment sauvegarder Thunderbird ?

Par Julien Roland , le 21/03/2021 , mis à jour le 21/03/2021 - 5 minutes de lecture

Nous vous avons parlé récemment du logiciel de messagerie Thunderbird (supportés par la plupart des OS) et de l’astuce pour mettre Thunderbird en français. Même si la totalité des fournisseurs de boite mail (y compris les mastodontes tels que gmail, yahoo mail ou Microsoft et son service outlook.com) mettent à disposition de leurs utilisateurs le protocole IMAP permettant de réaliser une synchronisation entre le client de messagerie local Thunderbird et la boite mail distante, il reste pertinent de voir comment sauvegarder Thunderbird pour plusieurs raisons.
Parmi celles-ci on énumérera la sauvegarde dans un but d’être capable de restaurer rapidement (au lieu de tout reconfigurer et re-télécharger depuis les fournisseurs mail) un Thunderbird cassé suite à une opération de maintenance (comme une mise à jour qui ne s’est pas bien passée par exemple), ou bien déplacer rapidement et facilement une instance de Thunderbird d’un ordinateur à un autre.

Où Thunderbird stocke-t-il ses fichiers ?

Nous allons voir où trouver les fichiers de Thunderbird dans différents systèmes : les distributions Linux, les systèmes Windows, les systèmes MacOS. Ceci dans le but de savoir quoi sauvegarder.
Peu importe le système sur lequel il tourne, Thunderbird a le bon goût de stocker tout ses fichiers de données en un seul endroit. Ces fichiers contiennent les mails des différents comptes, les contacts, les agendas, les mots de passe enregistrés, les plugins, les clés de chiffrement etc…
Recopier ce dossier et tout son contenu dans un endroit sûr suffit donc à sauvegarder Thunderbird. Par extension, recopier ce dossier dans un nouvel ordinateur (sur lequel on aura au préalable installé Thunderbird sans le lancer) au même endroit suffit à déplacer cette instance de Thunderbird dans son entièreté dans le nouvel ordinateur.

LIRE AUSSI  Acronis True Image 2020

Sous Linux

Dans les distributions Linux, Thunderbird stocke l’intégralité de ses fichiers dans le répertoire .thunderbird (le point au début du nom indique que le dossier est caché) situé à la racine du profil de l’utilisateur. Par exemple pour l’utilisateur « julien », la totalité des fichiers de données de Thunderbird sera à cet endroit :

/home/julien/.thunderbird

emplacement TB linux

Sous Windows

Dans les environnements Windows, Thunderbird stocke l’intégralité de ses fichiers dans le répertoire Thunderbird situé dans le dossier contenant les paramètres des applications du profil de l’utilisateur (AppData\Roaming). Par exemple pour l’utilisateur « julien », la totalité des fichiers de données de Thunderbird sera à cet endroit :

C:\Users\julien\AppData\Roaming\Thunderbird

emplacement TB windows

Sous MacOS

Sous MacOS, Thunderbird stocke l’intégralité de ses fichiers dans le répertoire Thunderbird situé dans un dossier invisible du finder qui est nommé « Library ». Par exemple pour l’utilisateur « julien », la totalité des fichiers de données de Thunderbird sera à cet endroit :

/Users/julien/Library/Thunderbird

emplacement TB mac

Comment sauvegarder les fichiers de Thunderbird ?

Par une copie simple ou par une copie un peu plus élaborée

En effet, des utilitaires comme un gestionnaire graphique de fichiers (comme nautilus pour Gnome, l’explorateur Windows pour Windows, ou bien finder pour MacOS) savent évidemment recopier des dossiers et des fichiers à un autre endroit. Cela convient très bien pour une sauvegarde ponctuelle, ou une migration, mais il n’est pas forcément facile d’automatiser le processus.

LIRE AUSSI  Jeu concours Acronis True Image 2020

Des utilitaires en ligne de commande existent bien sûr sur les trois systèmes, tels que cp, copy ou encore copy-item, entre autres. Ceux-ci permettent de stocker les commandes de copie dans un fichier de script (un bête fichier texte en fait), lequel serait appelé par le planificateur de tâches du système à heures régulières.

Une alternative probablement encore meilleure à ces utilitaires est d’en utiliser d’autres, un peu plus évolués tels que robocopy pour Windows, ou rsync pour Linux ou MacOS. Ceux-ci sont capables de réaliser des synchronisations sans recopier des fichiers déjà présents dans la sauvegarde, si bien sûr ceux-ci n’ont pas changé depuis la dernière copie. Ils ont bien d’autres fonctionnalités permettant de paramétrer les conditions de recopie de manière très pointue.
Mais l’inconvénient de toutes ces solutions, c’est que telles qu’elles, elles ne permettent pas de conserver des versions historisées des sauvegardes.

Utiliser un « vrai » logiciel de sauvegarde

C’est ce qui parait quand même le plus costaud, et l’offre est riche en terme de logiciels de sauvegarde, gratuits ou non. Certains systèmes comme MacOS (avec Time Machine) ou Linux (avec DejaDup/duplicity pour l’environnement Gnome entre autres) les fournissent en standard, il n’y a donc aucune raison de ne pas les utiliser.

LIRE AUSSI  Comment cloner un disque dur ?

Sous Windows, il existe aussi bien évidemment de nombreux logiciels de sauvegarde, et je vous invite à lire nos articles présentant Acronis True Image ou bien encore EaseUS Todo Backup.

Tous ces logiciels permettent évidemment de conserver un historique des sauvegardes, dont la quantité ne dépend quasiment que de la taille du volume dans lequel elles sont stockées.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.