Qu’est-ce qu’un CMS ?

Aujourd’hui, on entend beaucoup parler de « CMS » ça et là, même venant de personnes qui ne sont pas forcément des geeks ni des professionnels de l’informatique. Mais êtes-vous sûrs, pour autant, de bien connaître sa définition ? Dans mon article du jour, je vous propose de faire le point sur les CMS :

  • Que désigne un « CMS » ?
  • Quels intérêts y a-t-il à utiliser un CMS ?
  • Quels sont les CMS les plus populaires actuellement ?
  • Et surtout : quels sont les critères à prendre en compte lorsqu’on désire en choisir un ?

Un ordinateur portable

Définition du CMS

Le mot « CMS » est une abréviation qui a pour signification « Content Management System ». Ce qui, littéralement, veut dire en français : « Système de Gestion de Contenu » (abrégé aussi en SGC, même si le terme est beaucoup moins populaire). Le CMS peut être donc défini comme une application web ou comme un programme informatique élaboré dans le but d’aider à la gestion et à l’édition du contenu d’un site web.

Il permet de créer des sites internet sans être un professionnel de l’informatique et sans avoir à créer son code source.

Son installation et son utilisation sont “user friendly”, c’est-à-dire simple à utiliser : tout se fait par une interface graphique accessible via le web. Il dispose généralement de fonctionnalités de base pour la gestion d’un site internet : publication d’articles et de pages internet, gestion des utilisateurs, des commentaires, des photos / vidéos / sons etc…

On distingue généralement le Front Office, c’est-à-dire la partie du site internet que voient les visiteurs, du Back Office, l’espace d’administration du site réservé à ses administrateurs / éditeurs.

Exemple de CMS avec un site sous WordPress

Exemple de CMS avec une copie d’écran de l’administration de ce site sous WordPress

Quels sont les points forts d’un CMS ?

Les utilisateurs de CMS profitent de plusieurs avantages.

Une édition facilitée des sites web

Depuis leur apparition, force est de constater que les CMS n’ont l cessé d’évoluer, d’un point de vue technique. Aujourd’hui, utiliser un CMS est un véritable atout. En effet, l’un des grands points forts du CMS est qu’il facilite réellement l’édition d’un contenu web.

Dans le jargon informatique, les CMS fonctionnent grâce à ce qu’on appelle « la technique WYSIWYG », qui signifie « what you see is what you get ». Grâce au WYSIWYG, l’édition des sites web est simplifiée. Que ce soit pour changer la couleur d’un titre ou la taille d’une police, pas besoin d’être un développeur web pour appliquer les changements désirés. Pour moi, éditer du code HTML et faire ces changements n’est pas compliqué mais pour vous, c’est certainement une autre paire de manches…

Un gain de temps

La facilité d’édition a comme conséquence le deuxième grand avantage des CMS : le gain de temps. Chaque modification effectuée au niveau du contenu d’un site web se fait rapidement en moins d’une minute. Pour ceux qui gèrent des sites web nécessitant une forte interaction avec le cible, cela facilite grandement la mise à jour du contenu.

Des interfaces web utilisables mêmes par des débutants

Là où les CMS ont frappé un grand coup, c’est bien évidemment sur les possibilités qu’ils offrent en ce qui concerne l’utilisation de leurs interfaces de gestion. Aujourd’hui, être un professionnel en développement de site web n’est pas une condition sine qua non pour pouvoir utiliser un CMS. Tout le monde peut facilement utiliser un CMS pour créer du contenu. Par ailleurs, utiliser un programme CMS n’est pas trop difficile grâce  aux différentes interfaces et aux différentes possibilités de résultats visualisables directement à l’écran.

Pouvoir personnaliser à souhait son site internet

Un autre avantage à évoquer, lorsqu’on utilise un CMS, s’illustre par les différentes possibilités de personnalisation de son site web. Et ce, bien entendu dans l’optique de produire un site différent de ce que propose la concurrence. La diversité du contenu est l’une des clés lorsqu’on recherche de nombreux clics. Avec les systèmes de gestion de contenu, il est possible d’installer des modules complémentaires, souvent désignés sous le terme d’extension ou plugin en anglais. Grâce à ceux-ci, des fonctionnalités supplémentaires peuvent être ajoutées : galeries photo, extension de référencement, mise en cache pour accélérer l’affichage du site, statistiques, calendrier, vente en ligne, réseaux sociaux, forum, multimédia, sauvegarde etc…

En dehors du système de plugins qui permet d’ajouter des nouvelles fonctionnalités à celles de base, le système de thème est un autre atout pour la personnalisation de vitre site internet. En effet, les gabarits graphiques (ou template en anglais) offrent la possibilité de changer l’apparence de votre site web en quelques clics. Des milliers de thèmes graphiques, le plus souvent gratuits, sont disponibles pour les systèmes de gestion de contenu les plus populaires comme WordPress. Ils vous permettront d’avoir facilement un site web tel que vous le souhaitez, sans avoir besoin de compétences techniques

Les différents types de CMS

Il existe plusieurs types de CMS.

C’est important de comprendre et de faire la distinction entre les différentes catégories de CMS.

Il y a d’abord les systèmes de gestion de contenu qui ont été créées dans un but précis (mais qui peuvent être utilisés pour différents types de site web). Puis, il y a les CMS qui ont été conçus que pour gérer et éditer un contenu bien précis. Dans ce cas, on peut parler de « CMS spécialisé ».

Dans le premier cas, on peut citer l’exemple de WordPress. C’est le CMS dont on parle le plus à l’heure actuelle. Et sans surprise, WordPress est le système de gestion de contenu le plus utilisé puisqu’il propulse près d’un tiers des sites web de la planète. Dont celui où vous êtes en train de lire cet article. Cette notoriété s’explique par les nombreuses options qu’il propose. Même s’il a été conçu pour les blogs, il peut être utilisé aussi bien pour un site vitrine (terme que l’on utilise pour les sites web les plus simples comme un site de présentation d’une entreprise), des sites de presse ou encore pour un site de e-commerce (pour faire de la vente en ligne). Si vous voulez en savoir plus sur WordPress, j’ai lancé un autre blog il y a quelques temps qui publie des tutoriels WordPress pour débutants.

Dans le second cas, on peut citer en exemple des CMS tels que PrestaShop ou Magento. Ces CMS sont destinés à la création de contenu des sites de vente en ligne avec la gestion d’un catalogue produit, de stock, des commandes et de la facturation des produits vendus en ligne, des utilisateurs, des paiements et moyen de paiement etc…

D’autres exemples de CMS

Voici une petite liste (non exhaustive) des systèmes de gestion de contenu les plus réputés :

  • Drupal (principal concurrent de WordPress mais beaucoup moins répandu et plus utilisé par des professionnels) ;
  • Dotclear (conçu pour la gestion des blogs) ;
  • MediaWiki ;
  • Dokuwiki (conçu pour les sites Wiki) ;
  • FluxBB ;
  • SMF (pour les forums) ;
  • Joomla ;
  • Xoops ;
  • Mambo ;
  • Spip (système de gestion de contenu créé par des français) ;

Comment bien choisir un CMS ?

Le premier critère est le type de site pour lequel on veut utiliser le système de gestion de contenu. Comme je l’ai précisé dans le point précédent, certains sont spécialement conçus pour n’être utilisés que dans certains cas. Pour un site institutionnel, le choix devrait plutôt se porter sur : WordPress, Drupal ou encore SPIP.

Deuxièmement, il est important d’établir la liste des fonctionnalités à utiliser sur le site web. Ce critère va permettre de restreindre la liste des CMS dans le cadre de votre choix, car certains d’entre eux ne prennent pas en charge certaines fonctionnalités. Un exemple simple : je souhaite un site web dont le contenu pourra être disponible en français, en anglais et en espagnol. Je devrai alors éliminer tous les CMS qui ne peuvent me permettre de créer et gérer le contenu dans ces trois langues.

Ensuite vient la question du budget de confection du site. En effet, certains CMS sont conçus pour des usages professionnels et sont donc payants. En fonction des options, l’utilisation de certains CMS est plus onéreuse que d’autres. Prestashop, par exemple,dispose de très nombreuses extensions payantes (dont certaines pour des fonctionnalités basiques) qui augmentent rapidement le budget de création d’un site web. Ainsi, si vous ne disposez pas d’un budget conséquent pour votre site internet, il sera préférable que votre choix se porte sur WordPress où beaucoup de modules sont gratuits, dont ceux de vente en ligne proposés par WooCommerce.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont publiés après modération.