Démission des fondateurs d’Instagram : comment protéger votre vie privée de Facebook ?

Officiellement, les deux fondateurs d’Instagram ont quitté leurs fonctions pour prendre du recul et travailler sur des projets personnels. Officieusement, ce serait davantage à cause d’un désaccord profond avec les dirigeants de Facebook et leur vision de la protection de la vie privée des utilisateurs. À cette occasion, Brian Acton, le cofondateur de WhatsApp, l’application de messagerie également rachetée par Facebook, a exprimé ses propres désaccords dans un entretien à Forbes magazine.

Vie privée & Facebbok

WhatsApp vend votre vie privée

C’est le constat alarmant de Brian Acton : malgré tous les réglages disponibles pour conserver vos informations et vos conversations privées (relisez à ce sujet notre article : Astuces pour sécuriser et protéger son compte Facebook), ce ne sont que des solutions de façade. Dans les faits, Facebook n’est tout simplement pas intéressé par la protection de votre vie privée parce que c’est justement en la vendant que le site gagne de l’argent.

Brian Acton a d’ailleurs quitté WhatsApp en 2017, trois ans après son rachat pour 22 milliards de dollars et a participé au financement d’une autre application de messagerie cryptée de bout en bout, Signal, à hauteur de 50 millions de dollars. Selon lui, supprimer WhatsApp et son compte Facebook sont les seules solutions viables pour protéger votre vie privée.

La débâcle Cambridge Analytica

Ce qui avait le plus fait réagir Brian Acton, c’est le désormais célèbre incident de Cambridge Analytica, qui correspond assez bien à la définition d’une cyberattaque rendue possible par la négligence des dirigeants de Facebook. Souvenez-vous, cette affaire de fuite massive d’informations privées qui aurait permis d’influencer les dernières élections américaines.

Brian Acton profite également de cet entretien donné à Forbes pour révéler comment la direction de Facebook l’avait encouragé à mentir à la Commission européenne au moment du rachat de l’application par le réseau social. Il aurait été coaché pour mentir et assurer qu’il serait impossible de fusionner les données entre l’application de messagerie et le site. Pourtant, c’est exactement ce qui se serait passé pendant la dernière cyberattaque.

La guerre de la monétisation

Un autre point de désaccord majeur entre Brian Acton et la direction de Facebook qui a mené à sa démission il y a un an, c’est la question de la monétisation de l’application. Le cofondateur imaginait une monétisation responsabilisant l’utilisateur qui aurait dû payer pour utiliser l’application et ainsi rester maître de ses informations.

Cependant, la direction de Facebook a préféré une monétisation qui rapportera sans doute beaucoup plus, c’est-à-dire une monétisation publicitaire. Pour le moment, il est prévu qu’elle soit mise en place dès le début de l’année 2019 et elle inquiète déjà. En effet, Facebook est connu pour vendre ses espaces publicitaires à prix d’or, notamment parce qu’il promet un ciblage efficace grâce à l’utilisation des données de l’utilisateur. Alors, notre vie privée sera-t-elle une fois de plus vendue pour que le contenu de nos conversations devienne un nouvel outil marketing ?