Qu'est-ce que Libra, la cryptomonnaie de Facebook ?

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Dernière mise à jour : le 24/06/2020

Libra est une cryptomonnaie sur laquelle le réseau social Facebook (créé par Mark Zuckerberg) travaille depuis un moment et qui devrait être mise en circulation fin 2020. La devise, basée sur la blockchain comme la plupart des monnaies cryptographiques est soutenue par les investissements de grandes sociétés de paiement telles que Mastercard, Visa et PayPal, ainsi que de géants de la technologie tels qu'Uber et Spotify.

Facebook a de grands espoirs pour Libra, mettant l'accent sur la fourniture de services financiers abordables et accessibles aux 1,7 milliard de personnes sans compte bancaire dans le monde.

Il a ainsi créé un portefeuille connecté (wallet en anglais, terme couramment usité dans le domaine des monnaies virtuelles) nommé Novi (en remplacement de Calibra initialement prévu) destiné à gérer les transactions crypto-cryptées des utilisateurs, ainsi qu'une "Association Libra" à but non lucratif, composée de sociétés fondatrices ayant déjà donné leur appui à hauteur de 10 millions de dollars pour Libra.

Voici à quoi devrait ressembler Libra (le projet évoluant sans cesse), la monnaie virtuelle du géant du web Facebook, comment elle fonctionnera et comment les gens pourront s’impliquer.

Infos sur Libra, la crypo-monnaie de Facebook

Libra sera accessible via Facebook Messenger, WhatsApp et une application autonome.

Facebook a annoncé qu'un portefeuille numérique Libra, dans lequel les utilisateurs peuvent stocker la crypto-monnaie, sera accessible via Messenger, WhatsApp et une application appelée Calibra qui, selon Facebook, sera téléchargeable via l'Apple App Store et le Google Play Store.

Vous aurez besoin d'un identifiant délivré par le gouvernement pour le configurer.

Une fois que Libra sera lancée en 2020, les gens devront fournir une pièce d'identité officielle émise par les autorités locales pour ouvrir un compte. Les utilisateurs devront fournir des détails de vérification supplémentaires. Mais si Facebook souhaite que Libra reste accessible aux 1,7 milliard de personnes dans le monde sans compte bancaire, il voudra conserver le volume de documentation nécessaire pour créer un compte.

Comment les utilisateurs vont-ils mettre de l'argent dans leurs portefeuilles Calibra ?

Les utilisateurs pourront convertir leur devise locale en Libra, puis stocker ce solde dans leur portefeuille Calibra. Ils pourront le faire électroniquement, en convertissant des devises en Libra, en utilisant l’application Calibra elle-même ou des applications de portefeuille tierces comme Coinbase qui propose également la vente et l'achat de bitcoins ou d'ethereum.

Pour ce qui est de la conversion monétaire réelle, ils pourront également se rendre dans des magasins physiques comme des épiceries ou des dépanneurs pour compléter leur solde, un peu comme les gens peuvent désormais le faire avec des forfaits téléphoniques avec des cartes prépayées.

L'idée est qu’un Libra aura à peu près la même valeur qu'un dollar, un euro ou une livre afin que les gens puissent s'y retrouver facilement.

Que sera-t-il possible de payer avec la monnaie Libra ?

Jusqu'à présent, Facebook a montré Libra pour le transfert d'argent. Cependant, la monnaie Libra ne sera pas uniquement destinée aux transferts d’argent individuels. Le site Web de Calibra indique que la première version de l'application "prendra en charge les paiements entre homologues et quelques autres moyens de payer, tels que les codes QR que les petits commerçants peuvent utiliser pour accepter des paiements en Libra".

"Au fil du temps, il y en aura beaucoup d'autres, notamment des paiements en magasin, des intégrations dans des systèmes de points de vente, etc..." Les systèmes de points de vente désignent généralement une caisse ou un lecteur de cartes.

A terme l’idée est que la monnaie Libra pourrait être complément intégrée aux systèmes des partenaires de Calibra comme Uber par exemple. Vous pourrez alors payer votre trajet aussi facilement et rapidement qu’un simple clic.

La monnaie ne sera pas entièrement contrôlée par Facebook

Facebook a mis en place "Association Libra" indépendante pour régir la monnaie. Facebook est l'un des 28 "membres fondateurs", aux côtés de grands noms tels que MasterCard, Uber et Andreessen Horowitz. Ces entreprises ont payé un minimum de 10 millions de dollars pour adhérer.

En tant que membre de l'association, vous disposez d'un vote, qui peut être utilisé pour sélectionner de nouveaux membres fondateurs et élire un directeur général de Libra Association, qui nommera une équipe de direction.

Calibra ne partagera aucune information avec Facebook - à moins que vous ne le vouliez vraiment

Le paramètre par défaut de Libra sera de ne partager aucune information avec Facebook, et la société insiste sur le fait que les données financières ne seront pas utilisées pour cibler des publicités sur les utilisateurs. Le site Web de Calibra indique également que les utilisateurs n'auront pas besoin d'un compte Facebook ou WhatsApp pour s'inscrire à Calibra. Cependant, l’application Calibra pourrait demander aux utilisateurs s’ils souhaitaient importer des contacts ou des informations de profil depuis Facebook.

Alors, quels sont les avantages pour Facebook ?

En termes simples, plus de revenus publicitaires. Facebook espère que les entreprises de sa plate-forme adopteront Libra, vendant des produits à des clients utilisant la devise. Si cela aide à augmenter les ventes, on pense que cela encouragera ces entreprises à placer davantage d'annonces sur Facebook. Attention cependant à Facebook ne pas s'enfermer dans un écosystème trop fermé au risque de subir comme Microsoft des accusations d'abus de position et de monopole.

Les États par contre ne sont pas trop fan d'un monnaie virtuelle qui pourrait à terme concurrencer les monnaies nationales et donner un grand pouvoir à Facebook et ses 2,3 milliards d'inscrits. Lors d'une récente réunion du G7 finances, les ministres des finances des 7 pays les plus puissants économiquement de la planète ont été unanime, ce qui est rare, sur la nécessité d'agir et d'encadrer la monnaie cryptographique de Facebook. Libra pourrait être utilisé pour "blanchir de l'argent ou financer le terrorisme" a par exemple déclaré Steven Mnuchin, le ministre américain des finances.

Ces réticences exprimées par les états ont amené Facebook à revoir son projet puisque Libra ne devrait finalement pas être une monnaie virtuelle unique mais plutôt plusieurs monnaies adossées à des devises stables. Le but étant d'éviter le remplacement des monnaies nationales instables où l'inflation est forte. Voila les propos de Bertrand Perez à ce sujet :

Cela a déclenché de nombreuses réactions, la crainte d’une interférence avec les politiques monétaires et d’une atteinte à la souveraineté monétaire. Donc, en plus de cette libra originelle, nous allons en lancer plusieurs adossées à une devise unique. Nous prévoyons de commencer avec des devises qui sont déjà dans le panier de monnaie envisagé, par exemple, une libra euro ou une libra dollar.

En attendant la sortie officielle de Libra, on dirait bien que le projet risque fort d'évoluer face aux pressions internationale...

Laisser un commentaire

Les commentaires sont publiés après modération.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.